Vos questions sont entre de bonnes mains

Remboursement ostéopathie

Partager
Envoyer par email

La position de la Sécurité sociale face à l'ostéopathie

La Sécurité sociale ne rembourse pas les actes d'ostéopathie. Pour tout dire, il est fort peu probable que cela soit un jour le cas.

En effet, les prix en ostéopathie sont beaucoup trop hétérogènes à l'heure actuelle et l'assurance maladie ne reconnaît pas cette pratique comme officiellement efficace.

  • C'est ennuyeux dans la mesure où une ou deux séances d'ostéopathie pourraient parfois soigner des douleurs de dos qui s'éternisent des années durant et qui nécessitent une pris permanente d'antalgiques ou d'anti-inflammatoires, remboursés, eux.
  • Cette position favorise une médecine à deux vitesses : les personnes aisées peuvent se faire soigner, les autres non. Il est possible d'avoir affaire à quelques ostéopathes compréhensifs qui feront des prix réduits pour que les plus pauvres puissent eux aussi bénéficier de leurs soins, mais ces praticiens sont trop rares.

En revanche, de plus en plus de mutuelles prennent en charge les actes d'ostéopathie.

Prise en charge des actes d'ostéopathie par les mutuelles

La Sécurité sociale ne prenant pas en charge les consultations en ostéopathie, il est inutile de présenter votre carte vitale à votre praticien, il ne pourra rien en faire.

  • En revanche, de plus en plus de mutuelles procèdent au remboursement de tout ou partie de la consultation ostéopathique. Les conditions sont extrêmement variables en fonction des compagnies d'assurances et des contrats souscrits.
  • Il est par exemple possible, avec certaines mutuelles, d'être remboursé à hauteur de 100 € par an. Avec d'autres, on sera remboursé 26 € par séance dans la limite de deux par an.
  • Toutes les formules existent, il est donc nécessaire soit de bien lire votre contrat d'assurance soit de contacter votre mutuelle pour s'assurer de la prise en charge proposée.

À savoir : certaines mutuelles ne remboursent les séances que si l'ostéopathe est D.O. (c'est à dire diplômé en ostéopathie) et d'autres n'acceptent d'honorer leur contrat que si l'ostéopathe fait partie du ROF (Registre des ostéopathes de France).

Se faire rembourser sa consultation d'ostéopathie

Pour pouvoir vous faire rembourser votre séance d'ostéopathie, il faut demander à votre praticien une facture.

  • Celle-ci doit comporter le tampon du praticien ainsi que sa signature. Il est difficile pour lui d'attester de son diplôme auprès de la mutuelle si celle-ci l'exige.
  • En principe, appeler l'assurance suffit.

Quoi qu'il en soit, en tant que patient, n'hésitez pas à appeler votre assureur pour lui reposer la question :

  • d'une part les contrats sont susceptibles d'évoluer à tout moment ;
  • d'autre part plus les patients demanderont une couverture, plus la mutuelle se verra contrainte de s'adapter à cette demande (d'autant que la concurrence fait rage dans ce milieu).

Si les patients se rendent chez un kinésithérapeute ostéopathe, celui-ci est susceptible de réaliser une séance d'ostéopathie en « échange » de deux séances de kiné prescrites par votre médecin Cette pratique est totalement illégale et nuit grandement à la profession d'ostéopathe.

Liste des mutuelles qui remboursent l'ostéopathie

Il n'existe pas de liste officielle répertoriant les mutuelles susceptibles de rembourser les actes d'ostéopathie. Toutefois, plusieurs sites internet reprennent des listes qui doivent être régulièrement mises à jour.

On en trouve par exemple sur :

  • le site de la chambre nationale des ostéopathes ;
  • le site du SFDO (liste très complète).

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.